De Gilles Abier

Edition Acte Sus, février 2018

stéréotypes

Dans un futur plus ou moins proche,

pour éviter que la folie des hommes ne les anéantissent,

le gouvernement à décider de "typer" les individus

en fonction de leur trait de caractère dominant.

C'est ainsi que chacun porte son type en tatouage

et a un avenir tracé dans une direction.

L'harmonie peut perdurer.

Cette organisation s'appelle la synthèse.

Mais elle au fil du temps elle est détourné et devient une dictature injuste.

 

   Voici une nouvelle dystopie dans la lignée de Divergente. Je ne vais pas y aller par quatre chemin, c'est un livre agréable à lire mais j'ai été déçue. J'ai déjà lu d'autres livres de cet auteur et je les avais adoré, mais celui-là a été un flop. L'histoire n'est pas originale du tout, elle fait vraiment pensée à Divergente, et je n'ai pas été surprise de la tournure des évènements. Je n'ai pas accroché avec les personnages plus que ça, j'aurais aimé qu'ils soient un peu originaux et plus profond. Parmi les choses qui m'ont déplus, il y a aussi la taille du livre... Normalement cela ne me touche pas que le livre soit gros, mais là, j'ai trouvé qu'il y avait des longueurs. Toute la première développe la société et les personnages, mais j'ai trouvé de manière assez superficielle. De plus à ce moment on ne voit pas du tout où l'auteur veut en venir. A l'inverse, la deuxième partie, où là on rentre vraiment dans le vif du sujet (la volonté de faire changer cette société), est très rapide. Quand à la solution proposée, j'ai été encore très déçue car c'est du déjà vu (attention spoil, surlignez pour voir le mot : c'est exactement comme dans le film l'homme au masque de fer. Remplacer le roi/chef par son frère jumeau...) et même dans ce cas, ce n'est pas assez exploité car cela aurait pu être un élément plus important. Bref, j'ai été très déçue car connaissant d'autres livres de cet auteur, je m'attendais à plus de profondeur et d'originalité. J'ai eu l'impression que ce livre avait été écris pour honorer la commande d'un éditeur et inscrit dans la mode du moment. Pour finir sur une note positive, l'écriture de Gille Abier est toujours très agréable à lire, c'est juste ce roman qui n'était pas pour moi.